Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Voyage en Terre Sainte

Du 14 au 23 avril, quelques personnes de la paroisse de Saint Vincent de l’Hermitage se sont jointes à celles de la paroisse Ste Jalle qui, avec les Pères Hugues, Daniel et François se sont rendues en Terre Sainte. Ce fût un temps riche de découverte, de partage et de fraternité où chacun s’est senti accueilli dans le respect de ce qu’il est. Expérience d’une Eglise pour faire route ensemble.


 

Partis très tôt de Genève, il est quinze heures lorsque nous mettons pied à terre à Ben Gourion où Joseph, avec son bus nous attend sous le soleil.
Arrivés à Tel Aviv, nous sommes très vite dépaysés dans la Judée, ce désert du Neguev n’est peut-être pas tout à fait ce que l’on s’imaginait. C’est dans ces collines arides que durant deux jours nous avons marché avec Celui qui donne sens à la vie. C’est en ces lieux calmes, propices à la méditation, que nous avons écouté, médité un passage de la Bible, célébré la gloire de Dieu, Celui qui, depuis Abraham, s’est révélé à ce peuple pour le sortir de l’esclavage et le conduire vers la terre promise.

En nous rappelant que Jésus a passé aussi au désert pendant 40 jours, nous avons escaladé dans les gorges vers cette cascade où l’eau jaillit de la roche, mystère de la création, Dieu source et sommet de toute vie. Nous sommes montés par la rampe des Romains sur le site archéologique de Massada, cette forteresse où la vue panoramique domine toute la Mer Morte.
La descente par téléphérique sera plus touristique pour retrouver le bus direction maintenant la Galilée. Deux heures pour remonter toute cette vallée fertile du Jourdain jusqu’à Bet-Sheam. Sur la droite, de l’autre côté du Jourdain, la frontière avec la Jordanie, sur la gauche les montagnes de Galilée, de Samarie et de Judée.
Arrivés à Afoula, devant nous on aperçoit Nazareth.

Nazareth : lieu de l’Incarnation ; à l’intérieur de la basilique de l’Annonciation sur la grotte, l’inscription : « Ici le Verbe s’est fait chair » le Fils de Dieu a pris notre condition humaine, et c’est au pied de la grotte, dans cette église que nous célébrons l’Eucharistie. Dieu se fait chair parmi nous..


Tout proche, le mont Thabor, lieu de la Transfiguration de Jésus-Christ, que nous gravissons à pied. Il domine la plainer de Galilée et la vallée du Jourdain jusqu’à Tibériade. Cette région où, durant son ministère, Jésus accomplit de nombreux miracles. Nous traversons le lac de Tibériade après avoir renouvelé l’engagement de notre Baptême sur le bord du Jourdain. Un groupe de catéchumènes attendait de recevoir le Baptême.

Au milieu du lac, le moteur du bateau s’arrête. Tout est calme, on écoute un passage de la Bible, des mots des paroles qui prennent toute leur dimension dans ce lieu où les premiers disciples de Jésus ramaient dans leur barque. _ Nous accostons à Capharnaüm pour la visite de la synagogue et la maison de Pierre sur laquelle on a construit une église avec le bonheur de pouvoir y célébrer la messe. Dans la montée vers Jérusalem, dernière étape de notre pèlerinage, le car s’arrête en plein désert. A quelques pas de là, on peut apercevoir la piste sur laquelle les caravanes de chameliers et celle de Jésus passaient pour aller fêter la Pâque juive.

C’est au Mont des Oliviers que nous résidons. Juste en face, sur l’autre versant de la vallée du Cédron, la ville de Jérusalem avec au premier plan l’esplanade du Temple avec 2 mosquées que l’on ne peut visiter.
Tout en bas, du côté de l’occident, au pied du Mur des Lamentations, on a pu voir avec quelle ferveur et enthousiasme les juifs célébraient la Pâque(14ème jour de la lune).

Dimanche, nous étions à l’église de la Nativité à Bethléem avec les chrétiens de la communauté, très peu nombreux sur cette terre où trois religions se côtoient : chrétiens, juifs et musulmans. Trois religions multi confessionnelles et monothéistes. Pour nous pèlerins, suivre les pas de Jésus, nous l’avons expérimenté lorsque nous nous rendons à Getshémani, nous sommes descendus dans la prison du palais de Caïphe et partis du Cénacle pour le Chemin de Croix jusqu’au St Sépulcre. Ce lieu où chacun se presse pour toucher le rocher du Golgotha et la pierre du tombeau du Christ. Là des groupes de toutes nationalités, de toutes cultures viennent se recueillir après deux mille ans d’histoire comme pour se convaincre de la réalité de l’évènement.

A toutes celles et ceux qui s’interrogent sur la sûreté même si des murs et des frontières existent, même si la présence policière et militaire est renforcée, nous ne nous sommes jamais sentis inquiets. Pour ce peuple opprimé et les chrétiens qui y vivent, notre présence est un encouragement.

Pour conclure ce séjour beaucoup plus riche de moments inoubliables que nous n’avons pu l’écrire, voici les quelques mots de la Mère Abbesse du couvent des Clarisses de Nazareth sur la vie de Charles de Foucaud durant son passage au monastère. Elle en parlait comme de son fils, sa foi illuminait son regard, elle disait : « Ici on ne dit pas bonjour ou au revoir mais, le Christ est ressuscité ; et merci la France de nous avoir donné un si grand saint ».

Bernadette et Henri POUYET


Voyage en Terre Sainte - Diaporama

[ Galerie photo ]

Montée

Sur un chemin

Père Hugues

Première Eucharistie

Avdat





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP