Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Tout Érôme autour de son blanc clocher

Quel automobiliste roulant sur la RN7, n’a remarqué un jour ce clocher blanc
velouté, pointant vers le ciel d’Érôme ? Un clocher fédérateur, signe d’une
belle histoire...
Pour l’évoquer : Bernadette Picot, Jean Pierre Jourdan, Geneviève Caillet,
André Boisset sont avec nous autour d’une table.Et même à un moment, on
est allé quérir Josette Gaillard pour un complément d’information.


 

Pour revenir à la une précédente : Le Père Pierre-Yves Michel sera ordonné évêque de Valence le 29 mai

Il y a un an, le projet de réfection portait sur le seul
clocher. Il était devenu un danger public. Au minimum
une gargouille risquait de vous tomber sur la tête ! Le
maire et sa municipalité se sont démenés pour obtenir
des aides et consolider le monument en péril. Une
souscription a été ouverte auprès des paroissiens.
Au cours des travaux, on s’est rendu compte que l’on
pouvait refaire le clocher à l’identique et, en plus que
cela reviendrait moins cher. Du coup le projet primitif a
été élargi : pourquoi ne pas refaire l’intérieur de l’église ?
Le maire Mr Genin, le curé Père Philippe Maurin (qui ont
été de très bons communicants) et toute la population
étaient d’accord. Il paraît même que Marie-Eugénie en a
dansé de joie dans le clocher ! Marie-Eugénie, c’est l’une
des deux cloches qui a été offerte en 1877 par l’ex
l’impératrice Eugénie, l’épouse de Napoléon lll. Elle en
est la marraine et elle était à Érôme, lors de
l’inauguration. Foi de Josette Gaillard qui sait de quoi elle
parle : sa grand-mère, qui avait 17 ans, et son grand père,
qui avait 24 ans, faisaient partie de la fête.
Partageant la fierté éclatante de leur maire pour le
clocher, les Érômains se sont mobilisés pour que
l’intérieur de l’église soit en harmonie avec celui-ci. Après
l’installation de l’échafaudage, commencèrent les
peintures des murs et des voûtes, sous la bienveillante
direction de Jean Pierre Jourdan. Avant et après les
travaux, je ne peux énumérer tous les noms des gens,
pratiquants ou non, qui sous la houlette non moins
bienveillante de Marie-Noëlle Moulin, ont œuvré
ensemble, pour déménager les bancs et le mobilier au
lendemain même de Noël !...
_ Le moment venu, ils ont dépoussiéré, lavé les statues et
le sol, verni ou ciré les stalles et la boiserie de la chaire
monumentale. Un monde amoureux de son patrimoine
local ; chacun garde mémoire de ces journées de
bénévolat et d’amitié.
Tout est-il fini ? Non ! Une artiste locale Odile Ode,
entreprend le nettoyage des tableaux en toile du chemin
de croix : quelques uns étaient très abîmés ! Maintenant,
elle aide à Tournon le restaurateur Alain Gentiletti. Les
tableaux reprendront leur place dans l’église au mois
d’août. Voila qui promet une merveilleuse « fête de
l’amitié » en septembre prochain...
« Entre Pilat et Ventoux, a déclaré malicieusement le
Père Philippe Maurin, il y a le clocher d’Érôme ». Attirés
par ce clocher, des lyonnais, des anglais, des suédois,
font un détour pour visiter l’église, merveilleusement
propre, jeune, pleine de lumière. Le travail des Érômains
serait-il achevé ? Je ne le pense pas.
Ne faut-il pas encore qu’ils s’organisent et s’équipent
pour qu’elle soit le signe d’une communauté ouverte et
accueillante ?
Allez les Érômains ! Allez !
Interview recueillie par Raymond PEYRET
et Fabienne FAUQUET






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP