Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Témoignage de Marc Passas

Participant à une halte spirituelle à Nazareth (26 Chabeuil) les 5 et 6 décembre derniers, j’ai recueilli le témoignage suivant de Marc PASSAS.
Son témoignage est intervenu dans le cadre du thème de cette retraite qui était " Quels sont les appels du Christ pour nous ?". Les pères de Chabeuil lui avaient demandé de faire témoignage de sa vocation.
Tous les retraitants présents (environ 15 personnes) ont été interpellés par ce témoignage.

Nicolas BANC


 

« Je suis fils de fils de paysans, par ma mère dont les parents étaient agriculteurs et par mon père qui était fils de viticulteurs. Mais aucun d’eux n’a pris la succession, et ils sont « descendus » à Tain l’Hermitage, où je fus baptisé le 31 mai 1970 à un mois, et j’y ai suivi la catéchèse jusqu’à ma 1ère communion.
Mes parents étaient catholiques de tradition, ils ont connus une enfance et une jeunesse fervente dans la Foi. Puis, ils se sont éloignés de la Foi... parce que les enfants étaient là... (ma mère m’a avoué cela, il n’y a pas très longtemps !).
Mes parents étaient des gens simples, d’humble condition, des gens bons... Après ma 1ère communion, nous allions quelquefois à la messe mais pas de prière en famille...
J’ai fait ma scolarité à l’école publique jusqu’au Bac, et là j’ai commencé à m’amuser (gentiment !) et en même temps au bout d’un moment, je ne m’amusais plus, alors je faisais semblant mais au fond de moi, j’étais insatisfait.

Puis, je suis parti à St Étienne, en fac d’Arts Plastiques (anciennement les beaux arts) pour faire ce que j’aimais : dessiner ! Mais le ton m’a été donné tout de suite : l’enseignement était surtout axé sur l’art moderne qui est une approche très intellectuelle, et très rapidement j’ai entendu : « il ne faut plus dessiner ! » Mince alors, moi qui aimait ça ! En même temps, nous avions des cours sur la philosophie de l’art, Freud, Nietzsche... enfin, tous les grands penseurs matérialistes, communistes, du 20ème siècle, tous les profs étaient dans cette tendance politique, et j’ai bien sûr eu droit à tout les : « Dieu est mort ! » ; « l’Homme n’est que matière ! », « la réalité, ce n’est pas ce que l’on voit, le cœur des choses est caché... » ; on nous disait en nous montrant une table : « comment pouvez-vous être sûrs que cet objet est bien une table ? » et oui... Je me souviens d’avoir eu une longue discussion avec un camarade qui me demandait : « es-tu sûr que cette lampe rouge est bien...rouge ? » ! Édifiant !


Voir aussi :
Une vocation inattendue...
Première messe d’un enfant de Tain : Marc Passas
Un Tainois en chemin vers la prêtrise





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP