Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Souvenirs de l’été 2009
 

Cet article étant écrit avant le dernier dimanche
d’août, il est trop tôt pour vous présenter un éditorial de
« rentrée ». On devine seulement qu’il y aura un important problème à résoudre après la fermeture annoncée et combien regrettable, de la maison des religieuses du Cœur de Jésus et de Marie à Tain l’Hermitage.
Pour le reste, on sait encore peu de choses. Profitons-en pour évoquer quelques souvenirs de l’été 2009.
Pour ma part, la plus belle lettre que j’ai reçue au cours de ce trimestre, c’est celle d’une jeune fille, Claire, une de mes anciennes paroissiennes de Valence.
Depuis deux ans, elle était professeur dans un collège de la région lyonnaise. Elle a décidé de faire ses valises et de partir fin août en Haïti. Non pas pour un voyage touristique, mais pour une mission humanitaire avec la Fidesco. "Jusque là, m’a-t-elle écrit, la vie m’a beaucoup gâtée. Je suis consciente d’avoir beaucoup reçu, tant
spirituellement que matériellement. C’est la raison pour laquelle je souhaite consacrer un peu de mon temps et de mes compétences au service de ceux à qui la vie n’a pas souri". Claire, ta lettre est rafraîchissante.
Autre souvenir : le « mardi de la Drôme » vécu le
8 août à Chanos Curson autour de la vigne.
Quelques 70 personnes, dont une bonne douzaine
de la paroisse. Daniel Guigard s’en fait l’écho
dans un autre article. Pour ceux qui ont
participé à cette rencontre, elle fut, à coup sûr,
une expérience d’Église très enrichissante.
Encore un souvenir : quelqu’un qui s’invitait à
manger dans mon ermitage, m’a gentiment offert
un petit livre de 150 pages, traduit de l’arabe.
C’est le témoignage d’une musulmane, directrice
adjointe d’un lycée du Caire. Les membres de sa
famille sont haut placés. Elle a profité de sa
situation professionnelle pour faire la guerre, avec
rage et conviction, aux enseignantes et élèves
chrétiennes de son établissement, jusqu’au jour
où un certain 7 janvier 1988, Jésus lui-même lui
apparut et lui dit avec tendresse : "C’est fini,
Nahed ?" Nahed fut retournée, comme jadis Saint
Paul sur le chemin de Damas. A son tour, elle a
connu tant de persécutions de la part des
musulmans, qu’elle a perdu son travail, tous ses
amis et a dû même fuir l’Égypte. Un récit
bouleversant et nourrissant, qu’on peut lire,
même en dehors de l’été ! (1)
Raymond Peyret


(1) « Ma rencontre avec le Christ » par Nahed
Mahmond Metwalli Edition Fx de Guibert





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP