Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


S’il tonne en avril, vigneron, prépare ton baril !

Nos pères, et plus encore nos grands-pères, avaient coutume de se référer à leur almanach pour la plupart des choses de la vie, des travaux des champs comme de la tenue de la maisonnée.


 

Le mot almanach, dérivé de l’arabe al manah "calendrier", est attesté en latin médiéval. En 1303, le terme almenach est utilisé pour désigner un calendrier comportant différentes indications d’ordre astronomique et météorologique.
Un almanach peut s’agrémenter d’illustrations, de poésies, de dictons ou de bon mots, mais aussi de renseignements pratiques, d’ordre administratif, statistique, médical, agricole, culinaire, etc. Lorsque l’almanach est satirique ou polémique, il devient la tribune d’idées novatrices et revêt un caractère philosophique, social ou politique : l’almanach étant essentiellement le livre du peuple, on imagina, sous la Restauration, de l’utiliser pour répandre dans les campagnes les idées libérales et les principes démocratiques.
Une des déclinaisons de la typologie de l’almanach qui connut le succès le plus général et le plus durable fut l’almanach à thématique agricole et horticole. Dans un pays, jusqu’il y a peu, essentiellement paysan, rien d’étonnant : ce volume annuel était la ’’bible’’ du cultivateur. On y trouve force dictons : « Avril entrant comme un agneau, s’en retourne comme un taureau » ou bien « Quand avril est froid et pluvieux, les moissons n’en vont que mieux. »...
Autre spécialité, lancée lors des tensions entre l’État et l’Église, l’almanach catholique. Certains sont toujours publiés, les almanachs du Jura, depuis 1884, et d’Alsace, depuis 1926. Le lecteur y trouve des vies des saints du jour, des prières et leurs intentions, des textes tirés de la Bible ou de l’Évangile, accompagnés d’articles pratiques, de recettes de cuisine et de conseils de santé.
Bien sûr, nous avons notre Prions en Église ou notre Magnificat pour suivre les célébrations quotidiennes. Mais j’aime bien cette foi très incarnée que l’on retrouve dans ces almanachs catholiques. Le Christ n’est pas un pur esprit. Il s’est fait homme. La Bible regorge de petits conseils pour la vie de tous les jours, pour la politique : regardez la situation de la France dans Proverbes 28-2 « Quand un pays est en révolte, nombreux sont les chefs, mais l’ordre règne avec un homme intelligent et expérimenté. »
La Bible est donc à prendre aussi comme un almanach. Bon, il n’est pas classé par journées, mais tout y est. Il faut avoir confiance dans ce que nous dit le Seigneur à travers cette parole, il veut notre bien. Pas uniquement spirituel, mais notre bien à tous, sur terre. Dans l’évangile de Jean, la dernière séquence se déroule pendant un barbecue improvisé par Jésus. Il renvoie les disciples pour une pêche miraculeuse, à la fois réelle et symbolique car les 153 poissons représentent aussi l’étendue de l’humanité. Parce que notre Bible-almanach passe sans cesse du concret des choses de la vie au spirituel, à Dieu, puisons-y notre quotidien comme ce fut le cas, jadis, des almanachs.
François BAUDEZ






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP