Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


[ galerie ]

Nichola Chinnappan

Fédération des Droits de la Terre au Tamil Nadu (Inde)

Marie-Agnès, Nicholas, Chloé et Fanellie

Chloé et Emerson

Devant la ferme de Jacques

La chèvrerie

Fanellie

Claudine et Hugo

Nos deux cuisiniers

Eglise Désaignes

Emerson, Nicholas, Renée et Rémy

Chez Jacques Crouzet

Avec Edouard Charette, Diacre

Avec les compagnons de la terre

23 avril 2013 à Eurre (26).
Photo AMC

Dans la serre des compagnons

23 avril 2013 à Eurre (26).
Photo AMC

Regards croisés sur nos territoires

Le CCFD-Terre Solidaire de Rhône Alpes a initié l’accueil des partenaires sous la forme d’une immersion locale sur un territoire (le canton de Lamastre en Ardèche) pour une semaine avec un même groupe de participants locaux (de Drôme et d’Ardèche). Parmi ceux-ci deux "caravaniers" de la paroisse Saint Vincent de l’Hermitage, les seuls drômois, chargés de rédiger un article pour le journal inter-diocésain du mouvement.


 

Le bon usage de la terre

Du 19 au 25 avril 2013 un groupe de 14 personnes ont vécu ensemble une immersion à Lamastre et Désaignes, pour des "Regards croisés sur notre territoire" en présence de Nicholas Chinnappan de la Fédération des Droits de la Terre au Tamil Nadu (Inde). Cette immersion en milieu rural en 26-07 s’inscrit dans un programme commun de 4 immersions locales en Rhône Alpes, sur le thème (très ambitieux) du "Bon usage de la terre".

Ce jeudi 25 avril, avant de nous disperser, nous laissons la parole à quelques membres du groupe ou intervenants.

Fanellie (étudiante) : « Je suis surprise de tout ce qui se fait dans mon canton et que je ne soupçonnais pas. Cela dépasse toute mon espérance ! »

Jean Dodet (intervenant, agriculteur ayant cédé son exploitation à un jeune couple) : « J’ai appris que je faisais un métier difficile quand je l’ai abandonné ».

Richard (intervenant, jeune exploitant) : « J’aime mon métier de paysan car je nourris vraiment les gens du coin. »

Jacques (notre hôte) : « Je trouve aberrant que le prix des légumes supporte le coût excessif de l’achat des terres (25% dans le cas de Richard). »

Madeleine (Étudiante en agriculture) : « C’est une semaine formidable, on voit vraiment les problèmes et en plus on voit des solutions. On a rencontré des gens convaincus de ce qu’ils font et qui mettent en œuvre ce à quoi ils croient. Maintenant il va falloir assimiler tout cela… »

Daniel (participant) : « Oui, Jean Dodet a réussi sa vie en mettant en œuvre ce qu’il a toujours proclamé : la terre appartient à ceux qui la cultivent. »

Jean Masson (co-pilote) : « Cela va au-delà de ce que j’avais prévu, on ne connaissait pas bien les personnes et, tant les participants que les intervenants, tout le monde a bien répondu dans l’ensemble à ce qui était envisagé. »

Emerson (Ingénieur agronome, encore en études, haïtien) : « Toutes les initiatives qu’on a vues, certaines ont réussi, d’autres pas, sont des expériences formidablement riches de vécus. Une initiative isolée ne tient pas, il faut être ensemble pour s’en sortir. »

Hugo (à la fois notre grand cuisinier et l’observateur extérieur des débats) : « Il y a plein de petites réussites à découvrir et c’est ce que nous avons fait tous ensemble. Vous êtes les médecins du bon usage de la terre. »

Les compagnons de la terre (à Eurre dans la vallée de la Drôme) : « Aujourd’hui l’on a trois départs pour une installation et 50% de ceux qui s’installent n’ont pas d’origine rurale. L’avenir de l’agriculture passe par l’installation, ici nous permettons à des néo-ruraux de se tester avant une vraie installation. »

Nicholas, notre partenaire indien : « Des journées très intéressantes sur des sujets communs à tous les pays : l’attribution des terres à des projets sans intérêt pour l’agriculture. Comment valoriser le travail des paysans et faire reconnaître le bien fondé de leurs droits partout, dans tous les pays ? Nous avons créé une fédération au Tamil Nadu pour défendre toutes les situations de travailleurs précaires y compris les petits pêcheurs qui sont chassés de la côte par le développement touristique et par l’installation de centrale thermique, par exemple. »

Anne-Marie (participante) : « Je connaissais un peu le rural et quelques problèmes du monde agricole. Maintenant, j’ai vraiment le sentiment d’en savoir bien plus et surtout d’avoir progressé dans la prise de conscience des véritables enjeux du bon usage de la Terre. Quelle semaine riche à tout point de vue ! Convivialité, authenticité, rien n’a manqué pour agrémenter nos échanges. Et cette nature ardéchoise... ! »

Anne-Marie et Daniel


Voir la suite sur Samedi 27 avril : Allex en fête et le texte final d’Hugo Barthalay
http://blog.ccfd-terresolidaire.org/rhone-alpes/





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP