Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Quand les chrétiens s’accueillent... à la sortie de la messe

Nous autres chrétiens avons la curieuse habitude de mettre notre accueil dominical... après la messe. Bien sûr, ceux qui arrivent un peu en avance se saluent. Si le père est au fond de l’église, on lui serre la main aussi. Ceux qui arrivent juste à l’heure filent droit à leur place. Et ceux qui sont en retard se fondent théoriquement dans la foule.


 

Non, le grand moment d’accueil est à la sortie. Et c’est bien ainsi : ite missa est ne signifie pas que la messe est dite, comme on le pense souvent, mais littéralement "allez, c’est la mission". Et nous nous retrouvons souvent au fond de l’église par mauvais temps, sur le parvis par beau temps, nous échangeons des nouvelles, nous sortons parfois des agendas pour noter telle ou telle rencontre.
Parfois même il y a le verre de l’amitié. Là, c’est le grand accueil. Un dimanche de janvier 2015, à l’issue de la messe dite à Gervans, une bonne partie du chœur s’est également retrouvée à la Treille, le bar multi-service du village (démontrant que la messe et le bar peuvent être compatibles).

Ce moment fort est l’occasion de débuter la mission. Soyons sans complexe ; prendre des nouvelles des uns et des autres est un exercice simple et naturel de la charité au sens où l’entend saint Paul, surtout si, lors de ces conversations, on ne dit pas du mal des absents. Le plaisir d’être ensemble, de former une communauté, a également une dimension spirituelle. Faire Église, ce n’est pas uniquement prier
ensemble, c’est aussi vivre ensemble.
Revenons à la mission. A la suite du Synode sur l’Eucharistie de 2005, trois formules ont été ajoutées au Missel : Ite, ad Evangelium Domini annuntiandum (Allez et annoncez l’évangile du Seigneur) ; ou bien Ite in pace, glorificando vita vestra Dominum (Allez en paix en glorifiant le Seigneur par votre vie) ; ou encore : Ite in pace (Allez en paix).
Nous aurons bientôt des commentaires sur la première de ces formules à la suite de notre Synode diocésain. La troisième formule est bien utile lorsque de multiples tensions agitent notre communauté. Mais je retiendrai la seconde : Allez en paix en glorifiant le Seigneur par votre vie !

Nous voici donc sur le parvis de l’église. Comment faire de ce temps d’accueil final un temps consacré à la gloire de Dieu ? Ce que recherche Dieu, ce qu’il désire, la meilleure manière de le "remercier", c’est d’aimer comme il aime, d’être miséricordieux comme il est miséricordieux, bref de lui ressembler. Remercier Dieu, c’est accepter d’aller à la suite de Jésus dans ce grand mouvement d’amour de Jésus à son Père que lui seul peut nous ouvrir. C’est accepter de se donner aux autres comme il l’a fait lui même en venant parmi nous. Pour y arriver on peut essayer de changer de vie, de transformer nos comportements, bref de "faire des efforts". Cela n’est pas négligeable mais on en perçoit vite le caractère dérisoire. En fait Jésus nous indique une autre voie, celle de l’Eucharistie : ainsi, peu à peu, nous devenons
d’autres Christ et nous pouvons dire, comme l’apôtre Paul : "Ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi".

Revenons à notre parvis : c’est une foule de Christs qui est présente. L’attention bienveillante à tous, l’accueil des nouveaux, la main tendue à l’inconnu sont – ou devraient - être naturels. Cette sortie est notre première étape vers l’aventure de l’évangélisation. Il y aura d’autres étapes jusqu’à la prochaine eucharistie. Ite missa est pourrait donc s’interpréter par une formule qui serait proche de l’envoi en mission du Fils par le Père lors du baptême dans le Jourdain :« ceux-ci sont mes fils bien-aimés... ». Alors au travail !

François BAUDEZ






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP