Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


[ documents ]
Dominique de Villepin 1 août 2014
Laurent Fabius 4 août 2014
Pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens

C’est le titre de la banderole (avec le logo de la colombe) du Collectif Drômois pour la
Palestine, elle a beaucoup servi cet été à Valence, entre le 10 juillet et le 23 août (8 fois).


 

Devant les massacres perpétrés à Gaza, les
associations en relation avec des
partenaires palestiniens et israéliens se sont
rapidement rencontrées pour appeler à manifester face à
l’engrenage de la violence.
Gaza est un tout petit territoire surpeuplé, une véritable
prison à ciel ouvert soumis à un blocus implacable et au
bon vouloir de l’autorité israélienne pour l’alimentation en
eau (une fois tous les deux jours) et en électricité (deux à
trois heures par jour).
Dans le reste de la Cisjordanie, l’expulsion des Palestiniens
pour construire de nouvelles colonies israéliennes, la
destruction des maisons dans un esprit de punition
collective condamne les Palestiniens à la souffrance.
Dans sa tribune publiée le 1er août sur le site du Figaro,
Dominique de Villepin nous dit : "L’État israélien se
condamne à des opérations régulières à Gaza ou en
Cisjordanie, cette stratégie est terrifiante parce qu’elle
condamne les Palestiniens au sous-développement et à la
souffrance, terrifiante parce qu’elle condamne Israël peu à
peu à devenir un État ségrégationniste, militariste et
autoritaire."
Cette "militarisation" de toute la société Israélienne
entraîne aussi des réactions violentes de groupes
fanatiques envers ceux qui, au sein même d’Israël, mettent
en doute la politique du gouvernement. Et pourtant,
plusieurs associations partenaires israéliennes font
entendre leur voix malgré les risques d’agressions par des
intégristes juifs. Ils n’ont pas beaucoup d’échos chez nous.
Une paix juste et durable exige bien évidemment l’arrêt
des "roquettes" et des bombardements mais aussi la
reconnaissance de droits aux Palestiniens :
• la levée du blocus de Gaza,
• la construction du port envisagé,
• la réouverture de l’aérodrome,
• le rétablissement des échanges avec l’arrière pays,
• la reconnaissance d’un état palestinien.

Daniel GUIGARD






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP