Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


[ galerie ]

Père Max DELAROCQUE

Le 11 septembre 2011 à SERVES SUR RHÔNE

Père Max Delarocque : souvenir d’ordination

Avant que s’achève 2011, l’année jubilaire de mes 65 ans de sacerdoce, il me tient à cœur de rappeler
comment mon cours d’ordination a été au service de l’Hermitage.


 

Nous étions 23 ordonnés ce 21 avril 1946. Il n’y en
a jamais eu autant avant ni ensuite. L’évêque
d’alors, Monseigneur Camille Pic était si heureux
de cet événement qu’il a voulu faire cette
ordination le jour de Pâques à la Cathédrale de
Valence.
- Le premier poste attribué à l’un d’entre nous,
l’abbé Paul Chevrol, fut celui de curé de Crozes
Hermitage. Il y fut le dernier curé résident. Il est
inhumé à Ratières dont il était originaire. Puis ce
fut le Père Jean Guillermet qui fut curé de Larnage
et Crozes. Il est inhumé dans le cimetière de
Larnage alors qu’il était originaire de la Loire.
Il m’avait demandé de venir préparer les enfants à
leur communion solennelle en prêchant leur
retraite de préparation, une certaine année où
j’étais missionnaire diocésain. J’ai beaucoup aimé
ce ministère. Mais Monseigneur de Cambourg m’a
dit : « J’ai plus besoin de curés que de
missionnaires diocésains ». En fait j’ai été le
dernier. J’avais alors maman bien âgée avec moi
et à cause de cela j’ai dit à l’évêque que ce qui
m’intéressait c’était une cure facile à entretenir. Il
m’a répondu « quand vous en connaîtrez une vous
n’aurez qu’à me le dire ».
- Lorsque j’ai su que Larnage allait être libre, et
qu’il y avait une cure quasi neuve, j’ai demandé à
mon évêque s’il acceptait que j’y aille, ce qu’il a
bien voulu. J’y suis resté de 1972 à 1985. J’ai eu à
y assurer la pastorale des jeunes de l’Hermitage.
C’est un des plus beaux souvenirs de ma vie de
prêtre. Grâce à l’appui de la communauté de
Taizé, j’ai pu réunir jusqu’à 50 jeunes. Avec eux
j’avais créé : « Jeunesse et Foi Hermitage ».
Certains doivent s’en souvenir. Au moins neuf fois
nous sommes allés à la rencontre européenne
organisée par Taizé chaque année dans une
grande ville : Barcelone, Rome (deux fois), Paris,
Cologne...
Enfin, lorsque je suis allé terminer ma vie de curé
dans la Galaure, à Saint Barthélemy de Vals,
Claveyson, Saint Avit et Ratières, le Père Jacques
Fougère qui venait de Saint Vallier, m’a remplacé.
Il a été curé puis il a pris sa retraite sur place, ce
qui est allé de 1985 à 2006.
Nous avons bien apprécié la bonté des gens de
Larnage et de Crozes que ce soit les pères
Chevrol, Guillermet, Fougère et moi-même. Je
vous assure qu’un prêtre de Valence, le père
Savel m’avait dit : « Tu vas dans la meilleure
paroisse du diocèse ».
Nous regrettions que cette paroisse ne donne pas
de prêtre. Finalement c’est le fils ainé, de la
dernière fille d’une famille de 15 enfants, qui vient
d’entrer dans une communauté religieuse de
l’Ardèche. Quelle joie, au terme de ma vie, de voir
un jeune s’éveiller à une vocation religieuse ; mais
il en faudrait d’autres...

Père Max DELAROCQUE






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP