Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Les sciences au service de la bioéthique

Plusieurs membres du mouvement "Chrétien en Monde Rural" (C.M.R.) de l’Hermitage avaient fait le
déplacement à Viviers pour la Session d’octobre 2010 du mouvement.


 

Le conférencier, Jaques Boucrot, a su par des
mots simples développer toutes les notions qui se
cachent derrière la génétique et la bio-éthique, il
nous a fait partager les immenses progrès de la
connaissance de la vie depuis 40 ou 50 ans et
plus particulièrement au cours de ces dix
dernières années.

Progrès, mais aussi danger de se lancer tête
baissée dans toutes les expériences que nous
permet aujourd’hui la science ; Jacques Boucrot a
abordé et développé tout ce qui a trait à la vie de
l’homme, de sa naissance à la mort. Les
problèmes de la naissance assistée, les dérives
qui peuvent s’y associer, l’I.V.G. etc… Ensuite la
fin de vie, l’accompagnement des mourants, les
soins palliatifs, jusqu’où aller ? la tendance à
l’euthanasie qui se fait jour...

UN HOMME RESTE UN HOMME JUSQU’A LA MORT.

La dernière partie était orientée vers la
transformation génétique du vivant, l’usage des
O.G.M., les thérapies géniques et l’usage que l’on
en fait. Et dans tout cela l’argent qui domine
souvent ces évolutions.

Régis Duvert a donné son témoignage
d’accompagnateur en fin de vie :
Soutien, présence, attention, sont les mots qui
recouvrent son action qu’il juge lui-même comme
citoyenne.

La position de l’Église

Le principe de base : est le respect total de la vie
de la conception à la mort naturelle. Dans nos
pays dit ’’développés’’, nous parlons de "bio" pour
parler de la vie et de la mort, mais nous ne
parlons pas de ce qui se vit au milieu. Souvent les
positions de l’Église sont ressenties comme des
interdits rétrogrades, hostiles et essentiellement
centrés sur la sexualité. Certaines de ses positions
mériteraient une réflexion collégiale sur des bases
renouvelées pour une plus grande compréhension
de tous.

Évitons de dire : ’’on est contre’’ (on condamne),
mais dire que nous sommes pour la vie, ce qui est
plus honnête mais demande plus d’engagement.

La célébration de l’eucharistie avec le texte de la
création de la Genèse et du nouveau testament
sur le pain de vie a clôturé ces deux jours et nous
envoyait vivre au milieu de nos frères.

ÊTRE CAPABLE D’ACCUEILLIR LES ESPÉRANCES ET
LES DÉSESPÉRANCES HUMAINES.

Christiane BADEL






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP