Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Le Christ a-t-il pris des vacances ?

Mon Père travaille jusqu’à maintenant, et je travaille aussi (Jean, 5/17). Cette formule a mis en colère les juifs du grand Sanhédrin qui reprochaient à Jésus de ne pas respecter le sabbat.


 

C’est un jour de repos qui souffre de quelques exceptions : le travail pour les animaux domestiques, les services à la personne (les lois du sabbat sont mises de côté pour pouvoir sauver une vie, donc Jésus peut ressusciter Lazare... si la résurrection n’est pas considérée comme une œuvre de Création) et tout ce qui concourt à faire de cette journée une journée pour Dieu. Le sabbat, on peut partir à pied (pas à cheval !) de Nazareth pour monter au Temple de Jérusalem. C’est sans doute pour cette raison que le Christ marche tout le temps dans les évangiles...
D’ailleurs, on découvre que la plupart des prédications du Christ, la plupart de ses rencontres s’effectuent le jour du Sabbat ou des jours de fêtes. Très pratiquant, le Christ a respecté toutes les fêtes juives fériées : Rosh Hashana (nouvel an), Soukkot (la fête des cabanes ou des tentes pendant 7 jours), Yom Kippour (le grand Pardon), Hanouka (fête des lumières), Pessah (la Pâque juive), Chavout (le don de la loi au mont Sinaï). Ajoutons que, dans l’Empire Romain, s’il y a 47 jours de fêtes fériées, seulement 7 donnent lieu, partout dans l’Empire, à la fermeture des forums et l’interdiction d’activités.
Faisons le compte : 70 jours chômés par an, que le Christ met à profit pour annoncer la Bonne Nouvelle puisque la population ne travaille pas ces jours-là. Donc le Christ a pris des « vacances » !
La bonne question, pour nous, est de savoir que faut-il faire de nos vacances ?
Le Christ ne détruit pas la loi juive, il la ramène à son sens premier : « vacance » sera pris dans un sens où l’on arrête de créer pour, comme le Père, voir que la vie est « bonne ». Et donc, naturellement, rendre grâce. Aujourd’hui, le monde du travail empiète trop souvent sur les jours de repos : les mails d’entreprise, la pression d’ouvrir tous les magasins 7 jours sur 7... Il faut y prendre garde.
On peut aussi orienter le sens de ses moments de loisirs. Une belle promenade, peindre un paysage ou faire le portrait de ses enfants, embellir son jardin... ne serait-ce pas, au fond, des manières de louer le Seigneur. La richesse spirituelle de nos vacances dépend du sens que nous donnons à cette période. C’est aussi le moment de se retrouver, de partager, de vivre ensemble.
Comme le Christ, vivons nos vacances avec cette approche spirituelle. C’est un rendez-vous qui nous est fixé : « Car c’est un signe entre Moi et vous pour vos générations, afin qu’on sache que Je suis Le Seigneur, celui qui vous sanctifie. » (Ex 31/13)
François BAUDEZ






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP