Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


La joie de vivre
 

Dimanche de la rentrée à Erôme. En
début d’après midi, une dizaine de "carrefours",
dans la salle des fêtes. Chaque participant tient
en main une belle photo. J’avais choisi la photo
d’une petite fille d’une dizaine d’années, étendue
à plat ventre dans l’herbe, avec un large sourire
aux lèvres. Avant même que je donne les raisons
de mon choix, ma voisine s’exclame : "Ça, c’est la
joie de vivre !" Très rapidement la conversation
tourne autour des enfants et des jeunes qu’on ne
voit pas souvent dans les églises... Serait-ce qu’il
nous manque ce dont ils ont soif : la joie de
vivre ? Vaste sujet...

Je pense à ce jeune, prédélinquant, issu d’une
famille brisée et qui n’a jamais été au catéchisme.
Il ne serait pas venu à la foi si on ne l’avait pas
invité à la conférence d’un chef de gang (converti)
qui parlait avec conviction de Jésus qu’on ne voit
pas avec nos yeux de chair, mais qui peut
changer nos vies. Tout a été bouleversé ce jour là
pour ce jeune.

Je pense à Henry Quinson qui perdit la foi "faute
de nourriture spirituelle et d’incarnation... je
n’avais jamais fait d’expérience spirituelle
personnelle" précise-t’il ! Il la fera à 20 ans en
lisant un livre chrétien et cela le transformera.
Aujourd’hui c’est un homme heureux en plein
quartier HLM, presque exclusivement maghrébin,
de Marseille.

Être croyant, ce n’est pas seulement acquérir un
bagage catéchétique, "croire en des choses". Ceci
n’est pas attirant. C’est croire en quelqu’un, Jésus
Christ, toujours vivant, qui donne le sens de la vie
et l’illumine. Ce qui conduit rapidement à croire
dans les autres, à devenir frère et à communiquer
sa joie de vivre.

Raymond PEYRET






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP