Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


[ galerie ]

Rencontre avec les agriculteurs

Le Père-évêque à gauche et une partie de l’auditoire.

L’évêque a rencontré des agriculteurs fiers de leur métier

Samedi 20 janvier 2017. Au cours de sa visite pastorale dans l’Hermitage, l’évêque de Valence, Pierre-Yves Michel, a rencontré les agriculteurs, une rencontre qui s’est avérée riche d’échanges et d’enseignements.


 

Les participants étaient assez représentatifs de la profession : agriculteurs nés sur l’exploitation ou venus d’autres régions, actifs et retraités, en bio ou non, viticulteurs, arboriculteurs, producteurs de petits fruits, éleveurs. Coopérateurs ou non, en société ou pas, peu ou très engagés au niveau syndical ou ecclésial : là aussi la diversité était présente.
Tous rencontrent des difficultés : financières, tracasseries administratives, mauvaise image du « paysan », dévalorisation du travail manuel, rareté des saisonniers, accaparement des terres, soucis de commercialisation, questions de successions, trop gros investissements imposés aux jeunes qui s’installent (et rêvent parfois), situations dramatiques de certains. L’agriculteur a conscience de beaucoup de choses.
Cependant, « créer notre domaine a donné un sens à notre vie et nous a permis de transmettre des valeurs à nos enfants », a dit un couple. Et l’on reste attaché à la terre, même à la retraite. A travers Solidarité Paysans, une assistance bénévole et efficace peut être apportée à ceux qui sont en grande difficulté.
L’agriculture évolue, la recherche d’une meilleure qualité est observée chez les agriculteurs et les consommateurs. Dans la Drôme, il a été créé un observatoire des réalités écologiques. Une prise de conscience existe, aussi qu’il ne faut pas viser trop grand pour pouvoir maîtriser les choses. Le pape lui-même dans son encyclique "Laudato Si" invite à revenir à des structures à taille humaine.
Philippe Maurin, curé de la paroisse, a remercié les agriculteurs d’être à contre-courant : « vous parlez d’aléas climatiques, beaucoup s’en moquent ; du travail alors que seules les vacances sont valorisées ; d’attachement à la terre alors que l’on nous prépare à changer huit fois de travail dans sa vie… Dans l’Évangile, l’agriculteur n’est pas le patron de tout : il a besoin de soleil et de travail ».
Le mot de la fin est revenu à une accompagnatrice de l’évêque : « Vous avez un beau métier sur la terre donnée par le Seigneur ».
Bernard BADEL






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP