Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


L’Avent : un petit carême ?

Une vieille tradition au sein de l’Église assimilait l’Avent au carême, par imitation de celui qui précède Pâques.


 

Nous devons ce « quadragésime » au pape Grégoire le Grand qui, en organisant le calendrier "romain"1 vers l’an 600, a justifié la mise en avant des deux temps forts, la naissance et la résurrection de Jésus-Christ, comme étant deux éléments indissociables. Noël contient déjà l’annonce de la Passion, Pâques est l’annonce de notre propre naissance, à travers le Baptême notamment.
Comment vivre l’Avent, ce petit carême ? Qui n’a de petit que l’adjectif ! Je vous propose de suivre les recommandations de Saint Jean Chrysostome et ses commentaires de la Divine Liturgie ::
- Première semaine : liturgie pénitentielle. Reconnaître que nous sommes pécheurs, ce n’est pas très difficile, mais être dans la joie d’être pardonné est plus difficile. Le gage de ce pardon est la venue du Christ. D’ailleurs, le Gloire à Dieu suit immédiatement la contrition. C’est donc une semaine de louange qui s’ouvre à chacun, de louange joyeuse de l’enfant pardonné qui se retrouve dans les bras du père miséricordieux…
- Deuxième semaine : liturgie de la parole. Pour être plus précis,reprenons le premier mot de la règle de Saint Benoît : « Écoute ». Écoutons ce que Dieu désire nous dire. Dans les textes de la Bible, bien sûr, mais il s’adresse aussi à nous à travers
l’actualité, les rencontres, le pauvre à notre porte. Dans la perspective de Noël, recherchons ce que Dieu souhaite faire naître en nous.
- Troisième semaine : eucharistie. Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. Noël, tout autant que Pâques, est source de la Communion à laquelle nous sommes tous invités. Eucharistie en grec signifie « rendre grâce » du don de Dieu : car c’est par le coeur (ou l’esprit) qu’il se communique à nous, lieu originel des vertus théologales, à partir duquel le Saint Esprit qui habite en nous nous donne de croire, d’espérer et d’aimer... Or, quand nous recevons l’hostie, nous reconnaissons le Christ Jésus par la foi, nous l’accueillons dans l’amour (Saint-Paul parle de charité) et nous nous tenons dans l’espérance qu’il va nous unir encore plus à lui et à tous nos frères et soeurs, en « Corps de Christ » !

Développer ces trois vertus va nous préparer à Noël.
- Quatrième semaine : envoi. Jésus n’est pas né pour faire uniquement plaisir à son père et à sa mère. Il est envoyé. Nous sommes aussi des envoyés. La fin de l’année approche, c’est le moment de réfléchir aux bonnes résolutions pour 2017. C’est-à-dire de réfléchir à ce auquel Il nous appelle.
Vous voyez, ce petit Carême ne sera pas un temps de privations, mais, bien au contraire, un temps personnel d’enrichissement spirituel : Dieu nous fait des cadeaux
tous les jours ! Un temps de joie, un temps de louange. Oui, un temps de joie, la joie de se préparer à Noël. Un temps d’efforts, naturellement, mais tellement récompensés.
Un temps riche, d’exubérance.
François BAUDEZ


1 Le calendrier grégorien date du XVIe siècle. Grégoire le Grand a simplement ordonné les fêtes chrétiennes tout au long du calendrier... Julien.





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP