Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Homélie de la Saint Valentin 2015

Jésus aurait-il quelque chose contre le zapping ?


 

A l’entendre, il faut ‘demeurer’, et cela nous évoque une image de stabilité, voire de passivité ou même de conservatisme. Demeurer cela fait penser à se fixer, ne plus bouger, rester dans le même état et dans le meilleur des cas, devenir une pièce de musée. Est-ce cela l’avenir de ceux qui suivent Jésus ?

Je crois que le verbe ‘demeurer’ dans l’Evangile selon Jean cherche à nous faire entrer dans le mystère de Jésus, de sa relation à son Père et de notre relation à lui et les uns aux autres. Il s’agit de demeurer dans l’amour de Jésus comme lui demeure dans l’amour de son Père. Et l’amour c’est donner sa vie. C’est donc un don, un mouvement et il s’agit d’habiter le mouvement, de s’installer dans le don, le don de sa vie pour ceux qu’on aime.

A l’origine, à la source de l’amour, Jésus affirme qu’il y a celui qu’il appelle son Père. C’est donc un cadeau que nous avons à recevoir. Cadeau, grâce et non le résultat d’un effort de notre part. L’amour commence par se recevoir. Mais les parents savent cela ! Sans mettre des mots, sans réflexion approfondie et sans aucun mérite, l’enfant se découvre aimé, c’est-à-dire l’objet d’attention, de gestes, de paroles de ses parents.
Et des amis savent aussi cela ! Les expériences d’amitié : nous en savons le bonheur et les conditions, les parcours et les attitudes.
Oui, dans nos vies nous avons tous fait l’expérience qu’être aimé, précède le fait d’aimer ; elle précède et elle fonde ; elle fonde et elle permet d’aimer à notre tour. Et parce que l’amour nous devance, les croyants de la Parole biblique affirment que Dieu est amour et que les humains faits à l’image de Dieu sont capables d’aimer. Telle est notre ressemblance à Dieu : la capacité d’aimer et c’est cette capacité qui nous permet de connaitre qui est Dieu.
Oui, l’amour a fait les premiers pas,
Il nous adresse la parole
Et nous invite dans son sillage.

Mais Jésus ne s’arrête pas là : ce mouvement qui part du Père, suscite la même relation entre Jésus et ses disciples et, finalement, entre les disciples eux-mêmes. Spirale qui s’élargit mais qui a un centre, circulation d’amour et d’amitié qui s’étend et qui met en mouvement. Les serviteurs deviennent amis, les secrets du Père sont connus, et les disciples ont une mission.
Cette mission ne se réduit pas à des choses à faire : il s’agit de porter du fruit, d’être féconds, générateurs de vie. C’est un appel, une vocation, et non une fonction. Ces fruits parfois prennent du temps à venir, il n’est pas garanti que nous les voyions. Il s’agit de transmettre une vie à plus long terme : un fruit qui demeure.
Oui, l’amour annonce l’avenir,
Il donne jour à l’espérance
Et nous invite à l’aventure.

Alors il reste aux auditeurs de l’Evangile à rentrer dans ce mouvement : être aimés et aimer.
Peut être cela commence-t-il là où s’achève le texte de Jean : une prière au Père, au nom de Jésus, car s’engager dans le don de sa vie n’est pas un acte sage, mais une folie et une épreuve. Un homme et une femme se donnant leur foi est un geste prophétique : il désigne un ailleurs.
Le chemin du mariage vous conduit à reconnaître que l’amour dont vous vous aimez est l’amour même de Dieu.
En vous donnant l’un à l’autre, vous vous donnez Dieu.
En donnant la vie à vos enfants, vous leur donnez l’amour de Dieu.
En ouvrant votre couple aux autres, vous témoignez de l’amour de Dieu.
Vivre le mariage, témoigne d’un mystère inouï : entre deux êtres qui s’aiment, il y a place pour le Dieu de l’Alliance.

Oui, l’amour a créé l’homme et la femme,
Il est promesse de vie
Et invite au risque d’une alliance qui est don de soi.
Il nous laisse le soin d’écrire notre musique et d’interpréter la partition,
Afin que nos vies humaines
deviennent révélation de Dieu et signes de sa présence.

Avant que vous rendiez grâce à Dieu pour le cadeau qu’est l’autre, je vous souhaite d’être de bons interprètes. Nous savons qu’il n’est pas toujours facile de jouer à quatre mains.
Que l’Esprit de notre Dieu dont la joie secrète sera toujours d’établir la communion et de rétablir la ressemblance, en jouant avec les différences fasse de vos vies la symphonie de l’amour de Dieu.

Père Philippe MAURIN






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP