Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Harry Potter diabolisation ou canonisation ?

Harry Potter ce n’est pas seulement un record de l’édition : les cinq films sortis (sur sept prévus) forment déjà la série la plus rentable de l’histoire. Un tel succès n’est-il pas suspect ? Faire autant d’argent avec un petit sorcier n’est-ce pas justement de la sorcellerie ? Toute cette magie pour frapper l’esprit des jeunes n’est-ce pas un peu démoniaque ?


 

La saga traite un grand thème de notre époque : le mal sera vaincu par l’Elu, un être qui accepte soit de mourir, soit de témoigner de la pureté du cœur. Autrement dit à travers ce monde totalement ténébreux il y a une lueur d’espoir. Par ailleurs, les 7 tomes offrent des valeurs positives : amitié, famille, bienveillance, fidélité, courage. Quant à l’esprit de sacrifice, c’est la valeur dominante du tome 7. Certains y voient une dimension presque chrétienne : la vie ne vous a pas été offerte pour tout casser et tout prendre mais pour donner (parfois jusqu’au don de sa propre vie). Merveilleuse leçon sur le sens de l’existence !

Le problème, c’est que cette analyse risque d’échapper aux enfants

En effet, si la lutte entre le bien et le mal est omniprésente, en revanche la frontière entre les deux est floue. Le jeune sorcier évolue dans un monde sans aucune référence spirituelle. La fin justifie les moyens. Désobéissance et mensonge sont justifiés voire encouragés par ceux qui ont l’autorité. D’autre part Harry Potter insinue que le bonheur n’est pas de ce monde. Pour accéder à une existence passionnante où l’impossible devient envisageable, un seul moyen : la magie ! Or toute magie (fût-elle remplie de bons sentiments) n’est-elle pas intrinsèquement perverse ? La littérature devient dangereuse quand elle nous fait croire que ce monde imaginaire existe et qu’il est accessible par des « pouvoirs ». Cette confusion entre réel et l’imaginaire associée à une violence certaine n’est pas sans risque pour de jeunes lecteurs.

Alors faut-il avoir peur d’Harry Potter ?

C’est peut-être aux parents de répondre, à eux de dire à partir de quel âge ces livres/films sont accessibles à leurs enfants. A moins qu’ils ne décident de le lire pour en parler en famille ...

Emmanuelle SAUPE
d’après Famille Chrétienne n° 155






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP