Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Grandir dans la foi ou grandir dans l’Église ?

Avec les fêtes de Pentecôte et du Saint-Sacrement, le mois de juin est également celui des premières communions et confirmations. Des enfants, des jeunes et des adultes avancent ainsi sur le chemin où les conduit le Christ.


 

Le baptême, la confirmation et l’eucharistie forment ce que l’on appelle les sacrements de l’initiation chrétienne, un processus par lequel une personne devient chrétienne et membre de l’Église. Il n’y a pas d’âge pour ces sacrements, et bien des adultes, aujourd’hui, n’ont pas été confirmés : il n’est jamais trop tard pour bien faire !
L’initiation chrétienne n’est pas à prendre comme un parcours du bas vers le haut, de « non initié » à « initié » (selon ce que dirait l’ésotérisme), mais au sens de la compréhension et de l’adhésion par la foi à cette croyance que Dieu se révèle et se donne, par amour, à l’homme de bonne volonté et même au nouveau-né (du haut vers le bas). Ce qui se traduit par une formule : ce n’est pas nous qui grandissons dans la foi, mais Dieu qui grandit en nous.
Il faut reconnaître la dimension pédagogique très forte des étapes de l’initiation chrétienne. Et, comme toute initiation, même spirituelle, elle est une expérience effective de transformation de l’identité de chacun. Nous grandissons alors dans l’Église !
Par le baptême, nous devenons prêtre, prophète et roi-serviteur. Par l’Eucharistie, nous devenons le Corps du Christ ! Par la confirmation, enfin, nous sommes invités à une union plus intime au Christ, vers une familiarité plus vive avec l’Esprit Saint, son action, ses dons et ses appels, afin de pouvoir mieux assumer les responsabilités de la vie chrétienne.
On retrouve cette initiation dans la Bible : « Et l’enfant [Isaac] grandit et fut sevré1 et Abraham donna une grande fête le jour où Isaac fut sevré. » (Genèse 21,8). Si les israélites ne célèbrent la Bar Mitsvah (littéralement fils du commandement) pour les garçons que depuis quatre siècles et la Tar Mitsvah pour les filles depuis cent trente ans, ce passage a toujours été marqué d’une fête car le jeune juif reçoit alors personnellement l’obligation d’observer les commandements de Dieu. Jésus a connu cette expérience à douze ans, en montant à Jérusalem avec ses parents... et en y restant. Lorsqu’ils le retrouvent, il leur dit : « Pourquoi me cherchiez-vous ? Ne saviez-vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père ? » (Luc 12-49). Voilà la phrase qui correspond parfaitement au chrétien qui a reçu les sacrements de l’initiation chrétienne. Une fois de plus, Jésus nous montre le chemin ! Il faut que nous nous occupions des affaires de Notre Père.
François BAUDEZ


1 Sevrage : il faut entendre ici le moment où le garçon quitte le giron de sa mère pour rejoindre le groupe des hommes, au moment de la puberté.





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP