Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Faim et climat, une même urgence

Le dérèglement climatique perturbe fortement l’agriculture des pays pauvres, les organisations de solidarité internationales bataillent depuis des mois pour que l’accord prévu au sommet COP21(1) de Paris incluse l’enjeu de la sécurité alimentaire des populations. Texte extrait de FDM(2) de septembre 2015


 

Paris accueille en décembre prochain la grande conférence COP 21, qui ambitionne un accord planétaire sur la limitation de l’effet de serre. Parallèlement, l’inquiétude des organisations de solidarité internationale monte. En effet, plus de deux décennies après la naissance de la Convention climat de Rio (1992) qui a lancé le cycle des COP, il n’a été fait jusqu’au début 2015 aucune mention de la sécurité alimentaire dans les négociations...
A moins de deux mois de l’ouverture de la COP21, le thème restait relégué dans les négociations. Ce que déplorait, mi-septembre, Maureen Jorand, chargée de plaidoyer souveraineté alimentaire au CCFD-Terre Solidaire. « Mais bonne nouvelle, notre revendication, est désormais portée aussi par des groupes : l’Union Européenne, quelques pays d’Afrique derrière l’Angola, ou d’Amérique centrale représentés par le Salvador ». Cependant, ces appuis restent minoritaires, ce qui laisse le champ libre à la "Climate smart agriculture" (CSA, agriculture climato-compatible). Ce concept très flou, taillé sur-mesure pour les grandes firmes agroalimentaires adeptes du productivisme, s’est constitué en une "Alliance Mondiale" qui vise à imposer son standard sur la planète. Une déclaration signée par 350 ONG (soit 250 de plus qu’en 2014) appelle à rejeter cette initiative. La main mise de l’agrobusiness est mortifère pour une petite agriculture convertie à l’agroécologie, en mesure de produire plus de 70% de l’alimentation des populations en zones rurales...
D’ailleurs, le ver est déjà dans le fruit, relève Maureen Jorand : un groupe de paysans d’Afrique de l’Ouest, qui présentait récemment un projet basé sur l’agroécologie à un bailleur européen, s’est vu répondre qu’il ne serait approuvé qu’à condition d’être estampillé CSA. Le Fond vert pour le climat, destiné à aider les pays du Sud à s’adapter au dérèglement climatique, est à ce jour fortement sollicité par des projets CSA ; projets présentés par des groupes industriels à leur profit.
Un autre projet de "captation du CO2"(3) à grande échelle pour le séquestrer dans le sol, serait pratiqué sur de grandes étendues au Sud. Une fois de plus les terres agricoles du Sud seraient sollicitées pour compenser les turpitudes du Nord. Ce mécanisme pourrait vite conduire à un accaparement de terres au détriment des petits paysans, avec le concours des fonds de pension spéculateurs...
Les organisations de solidarité internationale poursuivent leur combat pour tenter d’imposer la sécurité alimentaire au sein de l’accord de Paris.
Patrick PIRO

(1) COP21 : 21ème Conférence Of Parties, qui réunit les gouvernements, l’Union Européenne et divers instances des Nations Unies.
(2) FDM : Faim Développement Magazine de septembre 2015 du CCFD-Terre Solidaire
(3) Captation du CO2 : elle peut conduire à raser une forêt pour la replanter en eucalyptus, plus efficace en terme d’absorption du CO2. Mais la forêt, vitale pour la population locale, a complètement disparu. De plus l’on se trouve en pleine économie virtuelle avec transit des fonds par les paradis fiscaux.


Plusieurs initiatives sont envisagées pour soutenir la survie des petites exploitations agricoles :
- une marche pour le climat, samedi 28 novembre 2015, à Valence le matin et à Lyon à 14h30,
- un train pour Paris au départ de Lyon le 11et 12 décembre 2015.
D. GUIGARD 06 75 92 98 41





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP