Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


En mémoire de Soeur Marie Téophile

Voici le texte prononcé lors de ses funérailles le 24 mars dernier


 

« Le Seigneur est mon Berger ! Rien ne saurait me manquer ! »

Le matin même de ce dimanche 22 mars, Sœur Marie Théophile avait prié avec ferveur ce psaume avec Sœur Jeanne-Marie.
C’est le soir vers 18 heures qu’elle « s’est endormie dans le Seigneur » au Centre Hospitalier de Tournon, où elle avait été accueillie le lundi 9 mars dernier.
Marcelle, Élise Pommaret est née le 19 août 1918 - jour de la fête de Saint Jean Eudes - à Toulaud, canton de Saint Peray. Elle était l’avant-dernière d’une famille de sept enfants.
Très marquée par le témoignage de son institutrice religieuse ainsi que par le rayonnement spirituel du Prêtre de la paroisse, Sœur Marie Théophile est entrée très jeune au « juvénat » de la Congrégation. « Il régnait une entente parfaite entre toutes », affirme une « ancienne ». Avec une quinzaine de compagnes, elle y reçut - sous la houlette de Sœur Bernardin - une première initiation à la vie religieuse tout en continuant ses études au Cours Libre du Sacré Cœur - où elle passa son Brevet Elémentaire.
Le 25 août 1934 : elle prenait l’habit et commençait son Noviciat.
Le 24 août 1936 : elle prononçait ses premiers vœux. .
Le 9 septembre 1939 elle s’engageait définitivement dans la Congrégation. Dès sa sortie du Noviciat, elle commença à enseigner en classe enfantine.

De 1936 à 1937 : elle est à Saint Donat.
De 1937 à 1940 : elle est à Claix (en Isère), enseignante en classe enfantines : Cours Préparatoire et Cours élémentaire.
De 1940 à 1955 : elle assure les mêmes classes à Charmes sur l’Herbasse. Ses anciens élèves n’ont jamais cessé de lui écrire, cette année encore,- pour lui donner de leurs nouvelles et évoquer les « bons souvenirs » vécus à l’école Notre-Dame de la Garde et même l’inviter à participer à l’un ou l’autre événement de l’école ou de leurs familles.
De 1955 à 1963 : c’est à Salaise sur Sanne (Isère) qu’elle accueille les enfants de classe enfantine et du Cours Préparatoire.
Puis c’est le départ pour le Périgord, elle arrive avec Sœur Sophie Madeleine Sœur Gabrielle Marie et Sœur Marie Léon à Riberac (Dordogne), où elle restera 5 ans.
De 1963 à 1968,suite à la demande de Monsieur l’Abbé Manin, Curé de la paroisse, Mère Saint François de Sales les envoie pour assurer la continuité de l’école Notre-Dame, tenue jusqu’alors après le départ des Sœurs de Sainte Marthe, par Mademoiselle Cherald et Mademoiselle Audonne.
De 1968 à 1975, Sœur Marie Théophile est à Privas, c’est là qu’elle va terminer son activité professionnelle à la Maternelle Notre-Dame auprès des tout-petits auxquels elle était tellement adaptée ! Avec qui d’ailleurs ne l’a-t-elle pas été !
De 1979 à 1989 : elle est de nouveau en Dordogne - à Sarlat Ia Caneda comme maîtresse de maison, cuisinière attentive aux besoins de chacune des Sœurs infirmières et enseignantes, catéchiste auprès d’enfants handicapés.






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP