Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Drôle de rêve

Conte de Noël

Et pour voir, dès à présent, la une du nouvel an : C’est quoi une "bonne" année ?


 

C’était le 27 octobre 2011...

Dans la journée avait eu lieu à Assise la grande
rencontre interreligieuse avec le pape et trois
cents représentants de grandes religions. A
16h30, j’avais suivi en direct sur KTO la
célébration haute en couleurs. Le soir, durant une
heure et demi, le président de la République fit
une intervention sur "la crise" et les décisions de
Bruxelles concernant la Grèce et la
recapitalisation des banques. Au passage, il fit
allusion à la naissance de sa fille Giulia. A la fin de
l’émission, j’étais tendu, j’ai eu de la peine à
m’endormir. Vers le matin, j’ai fait un rêve où tout
ce que j’avais vu s’est mélangé avec les
premières communions à Tain l’Hermitage ! Et
voici ce que cela a donné...

En vérité, très peu d’enfants devaient faire leur
première communion, si bien que nous n’avons
pas osé inviter le pape !... Mais Nicolas et Carla
ont voulu être présents : ils nous ont présenté leur
fille Giulia. Ensemble, avec les quelques autres
parents, nous avons parlé de la messe de
première communion. Nous nous attendions à la
présence de personnes d’autres religions. Ah ! Si
nous pouvions retrouver l’atmosphère d’Assise :
que personne ne baille d’ennui et qu’on soit très
proche les uns des autres et de Dieu. En
communion, quoi ! Nous avons parlé aussi du
repas : en ce temps de "crise", on n’a pas le droit
de faire un repas copieux avec beaucoup d’invités
pendant que dans la corne de l’Afrique on meurt
de faim. Que les enfants composent eux-mêmes
le menu. On prendra le repas au foyer paroissial :
parents, enfants, parrains et marraines. Le prix du
repas sera supérieur au coût réel de manière
qu’on envoie le surplus aux enfants de Somalie.
Simplicité du repas, mais aussi de la tenue
vestimentaire. Nicolas et Carla ont été d’accord
avec tous les participants. Nicolas et Carla se sont
quand même singularisés en venant à la fête,
revêtus d’un gilet vert fluorescent, comme des
travailleurs sur un chantier... J’en ai été tellement
surpris que cela m’a réveillé.

J’en conviens : mon rêve était un peu "foutraque".
Mais il continue de me poursuivre. Je rêve que nos
premières communions de 2012 (qui se feront
sans la présence du pape ni de Nicolas, Carla
et Giulia !) soient dans une atmosphère de
communion avec Dieu et avec les autres, comme
à Assise. Tout "foutraque" qu’il est, si mon rêve
vous suggérait quelques propositions, n’hésitez
pas à m’écrire (11 rue du Roussillon 26600 La Roche de
Glun) et on en reparlera ici et aussi avec tous les
intéressés. Et mon rêve pourrait devenir, grâce à
vous en particulier, un vrai conte de Noël.

Père Raymond PEYRET






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP