Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


D’un sursaut national... à une fête des voisins ?

Le 11 Janvier 2015, près de quatre millions de Français ont défilé dans notre pays contre les attentats odieux qui ont ensanglanté Paris et sa banlieue. Dix sept morts : quatre de confession juive, dans le supermarché casher de la porte de Vincennes, trois policiers, huit journalistes de Charlie Hebdo et deux personnes proches de cet hebdomadaire satirique. Un sursaut national contre la barbarie.


 

Dans la Drôme, et chez nous en particulier à Tain l’Hermitage et à la Roche de Glun, des manifestations ont exprimé un grand NON à la haine. Tout à coup, la France
meurtrie est passée de la morosité à une solidarité surprenante. Qu’elle est belle notre France quand hommes et femmes de toutes cultures, croyants et incroyants, se lèvent ensemble comme un seul homme et proclament qu’ils veulent vivre en paix et en communion.

Pourtant, ne rêvons pas. Les musulmans de France (c’est à dire 10 % de la population) étaient assez peu représentés aux grandes manifestations. Des jeunes, dans 200 établissements, ont refusé de faire la minute de silence et l’inquiétude est palpable dans les mosquées. Des juifs ont peur : près de 7 000 d’entre eux ont quitté la France pour Israël en 2014 ; d’autres projettent de le faire pour assurer leur sécurité. Enfin la liberté d’expression est revendiquée par des professionnels, mais elle est dangereuse si elle est sans limite. La loi ne peut donner le droit d’insulter, et
personne n’a le droit de tuer pour différence d’opinion.
Si, l’on veut bien vivre ensemble, de nouvelles lois et des mesures draconiennes de sécurité ne peuvent suffire. Le gouvernement vient de déclarer la guerre « contre le terrorisme, le djihadisme et l’islamisme radical », lequel est une déviance qui
déshonore l’Islam tout court. Dont acte.
Mais le citoyen ne peut se battre avec les mêmes armes que les ennemis de la civilisation. Les bonnes armes sont la vérité et la fraternité. Les personnes, les familles, les associations, les Églises se doivent d’inventer des gestes qui rapprocheront les communautés.
Par exemple au Liban, le 25 Mars est un jour férié, consacré à une rencontre
des catholiques et des musulmans pour honorer Marie...
Des responsables juifs, chrétiens et musulmans ont fait la proposition d’un jeûne collectif, comme le font déjà à Valence catholiques et protestants, pendant le carême : "Prière-pain-pomme".
Les écoles pourraient travailler à l’éducation des esprits en reconnaissant le fait religieux (comme l’avait demandé Régis Debray) au lieu de l’ignorer systématiquement. Les bonjours à la sortie des classes peuvent d’ailleurs favoriser l’organisation d’une fête des voisins...
La fraternité est la plus belle chose de la devise républicaine. C’est elle qui « permet à la liberté de ne pas être celle du renard dans le poulailler » selon une expression de Patrick Viveret.
Raymond PEYRET


Photos : A la Roche de Glun dimanche 11 janvier 2015.





  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP