Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Ce siècle a déjà quinze ans !

En ces premiers jours de janvier 2015, nous sommes heureux d’échanger des vœux avec tous ceux que nous
rencontrons, tellement heureux que déjà, fin décembre, nous avons commencé à multiplier nos "Bonne année et
surtout bonne santé !". Souvent c’est sincère et affectueux, surtout en famille. Parfois la formule est assez
formaliste...


 

Remarquez que ce ne sont que des voeux, même
pas "pieux" ! Ils n’engagent guère.
Et pourtant, selon le dictionnaire Robert, le
premier sens de vœux est une "promesse faite à
Dieu". Par suite, c’est un "engagement religieux" :
par exemple le vœu de célibat. Au fur et à mesure
que le mot se laïcise, il devient un "souhait", plus
ou moins vague et relatif, puisque naît
l’expression de : "vœux irréalisables". Nos vœux
sont devenus vraiment légers...

Dans les années 90, j’ai accompagné un groupe
de chrétiens au Mali, notamment dans une région
où une religieuse, originaire de Saint Vallier, était
missionnaire. Quand nous sommes arrivés dans la
petite localité de Jivoyo, elle nous a conduits chez
le chef du village, un animiste qui nous attendait
avec d’autres animistes. Là, nous avons eu droit à
une impressionnante pluie de vœux qu’ils
appellent plutôt des "bénédictions". C’était
hypervarié ! Grâce à des notes, je peux évoquer
quelques unes de ces bénédictions :
• Que Dieu bénisse ce que tu jettes en terre pour
que tu nourrisses tous ceux qui vivent dans ta
case...
• Que ton enfant grandisse entre son père et sa
mère, et qu’il soit la joie de ta famille...
• Que ta vie soit comme une barre de fer où les
termites ne peuvent s’attaquer...
• Que Dieu te donne la santé...
A chaque fois, nous répondions Amina avec un fort
accent tonique sur la syllabe mi. C’était un très bel
Amen (qui est international). J’ai été impressionné
par cette ...célébration, cette litanie poétique,
variée, attentive aux besoins d’humanité. J’étais
venu, avec le groupe de chrétiens, pour visiter une
communauté malienne missionnaire et ce sont
des animistes qui ont commencé à m’évangéliser !
Chers lectrices et lecteurs du Trait d’Union,
j’aimerais prononcer ces bénédictions sur chacun
de vous, au moment où ce siècle fête déjà ses
quinze ans ! En vérité, il se comporte comme un
adolescent qui rejette Dieu, la famille, fait des
bêtises et ne pense qu’à lui. Ce n’est pas le
moment de l’abandonner.

C’est l’heure des bénédictions. Je vais donc de ce
pas porter toutes ces bénédictions à l’église de
mon village : que Dieu nous aide tous en 2015 à
servir, à aimer et à évangéliser.
Comme c’est à la fois une prière et un
engagement, répondez bien fort : Amina.

Raymond PEYRET






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP