Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Carême, temps des conversions et de la tristesse radieuse...

Le Carême, temps de préparation à la fête de Pâques, est un temps de conversion. Selon le catéchisme catholique, il repose sur la prière, la pénitence et le partage.
La pénitence n’est pas une fin en soi, mais la recherche d’une plus grande disponibilité intérieure.
La conversion n’est pas à prendre au sens d’un changement de religion, bien sûr, mais dans le sens de changement, de transformation, de "retournement", à l’image de cet exercice compliqué que les skieurs débutants doivent apprendre s’ils ne veulent pas un jour se retrouver bloqués dans une direction qui n’est plus la bonne.


 

C’est aussi l’occasion pour nous rappeler que le Royaume, auquel nous aspirons tous, ne viendra pas à nous de manière automatique : c’est nous qui devons aller vers lui, avec lui. « Dieu t’a créé sans toi, il ne te sauvera pas sans toi » enseigne Saint Augustin. Inutile de se lancer dans de grandes choses : faisons un effort pour être plus ponctuels, car cela plaira à ceux qui nous attendent si souvent ; efforçons-nous de mieux ranger nos affaires pour étonner et pacifier celles et ceux qui nous voient vivre au quotidien ; privons-nous de tel ou tel commentaire acide et/ou inutile, qui aura comme effet immédiat d’assouplir les relations humaines ; gardons-nous de telle pensée de jalousie qui nous empêche de voir l’autre avec les yeux de la charité. Ou encore, privons nous une fois ou l’autre de nourriture, par solidarité avec ceux qui en sont régulièrement privés et par solidarité avec le dépouillement du Christ. La liste serait longue et c’est à chacun qu’il revient de l’établir dans le silence de sa prière personnelle. Dans le silence, car il n’y a rien de plus déplaisant que d’entendre tel ou tel membre de la famille invoquer à tout bout de champ « le carême » pour exiger des autres ce qu’il a peut-être du mal à vivre lui-même. Le Seigneur nous l’a bien dit : « quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra ».
Nos frères orthodoxes parlent de la tristesse radieuse du chrétien pendant le Carême. Nous sommes tristes parce que nous sommes conscients de nos péchés, de nos manquements, de nos égarements. Mais en même temps notre tristesse est illuminée par la conscience de l’amour de Dieu. Notre tristesse est radieuse parce qu’elle est illuminée par la Lumière de la Résurrection du Christ qui nous ressuscite pour que nous puissions rentrer avec lui dans le Royaume de Dieu. C’est une conversion profonde que cette tristesse radieuse. Une conversion qui nous conduit à devenir une icône du Christ.
François BAUDEZ






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP