Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage
Paroisse Saint Vincent de l’Hermitage


Au delà des lézardes

Nous venons de vivre dans l’Église des semaines
tourmentées. La levée d’excommunication des
quatre évêques intégristes, dont l’un niait la
Shoah, a suscité de nombreuses réactions et de
vives inquiétudes : l’Église abandonnerait-elle le
concile Vatican II ?


 

A peine la très humble lettre
d’explication du pape avait-elle
apaisé les peurs que du Brésil
nous arrivait l’histoire
dramatique de l’avortement
d’une fillette de 9 ans violée
par son beau-père, et cette
lamentable excommunication
publique, touchant sa jeune
mère ainsi que l’équipe
médicale. L’Église de Mère
Térésa deviendrait-elle cruelle
pour les personnes en détresse ?
Fort heureusement, l’attitude
des évêques français, allemands, autrichiens,
nous a rassurés. Nous avons été soulagés aussi
d’apprendre que la conférence épiscopale du
Brésil se désolidarise de l’évêque de Recife et
avait levé l’excommunication. Enfin nous
partageons le très beau témoignage de
compassion de Mgr Rino Fisichella qui préside, à
Rome, l’Académie pontificale pour la vie. On
pourra en lire quelques extraits dans ce numéro,
sous le titre "Carmen, nous sommes avec toi".
Des lézardes ou des taches sur une façade sont
toujours très voyantes, elles risquent de détourner
notre attention de la beauté intérieure d’un
édifice. Pourtant les catéchumènes qui seront
baptisés dans la nuit de Pâques ne se laissent pas
égarer. Demandez-leur pourquoi ils frappent à la
porte de l’Église. Ce n’est évidement pas parce
qu’elle serait composée de
chrétiens parfaits et
d’évêques à la gouvernance
irréprochable, mais parce
qu’Elle nous donne Jésus-
Christ, Parole de Dieu, parce
qu’Elle leur ouvre un chemin
d’humanisation et de
divinisation. Pour eux, c’est
ce qui compte plus que tout.
Que certains se moquent
des carences de l’Église,
cela me paraît très incitatif.
Je vois dans leur attitude
comme une attente de
l’Église. Ils sont déçus
certes, mais c’est parce qu’ils attendent mieux
d’Elle. A nous de répondre à leurs exigences.
Plutôt que de jouer au chien battu, veillons à être
plus compréhensifs, plus communicants, plus
humains, plus évangéliques, et le temps des
critiques sera le temps des semailles et des
renaissances.

Après le vendredi-Saint, resplendit Pâques.

Raymond PEYRET






  Mentions légales   Contact     Administration        Suivre la vie du site    SPIP